30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 10:47

 

etiquettevin

blablaangers

Partager cet article

Repost 0
Published by Mady - dans Boulots pro'
commenter cet article

commentaires

NoZ 06/12/2011 08:56

Armel H, Je crois que tu te poses beaucoup trop de questions... C'est une BD, donc une fiction, pas un reportage sur le désir de maternité! Que ton expérience soit différente, c'est tout à fait
normal, chacun vit sa vie.

NoZ 05/12/2011 13:05

C'était vraiment chouette, merci pour la jolie pin-up!
J'étais vraiment ravi de vous rencontrer :)

Candice 04/12/2011 23:01

Bonsoir Mady,
Merci pour ce moment très agréable eu salon de la BD à Angers.
Merci pour votre gentillesse et votre talent ,
J espère à l année prochaine,

armel h 04/12/2011 22:39

...Alors, justement, au festival d'Angers, j'ai lu votre ouvrage, "et toi quand est-ce que tu t'y mets ?",
et je me demandais :

(note : étant donné que vous l'illustrez, cependant, je ne sais pas dans quelle mesure vous partagez le point de vue de la scénariste, ni à quel degré vous prenez ce point de vue au sérieux, aussi
les réflexions qui suivent vont peut-être vous sembler absurdes)


. l'héroïne de l'histoire perçoit le monde - aussi bien entourage familial et professionnel, société, publicités, médias, tout - comme une pression imposée à sa personne pour la pousser à
enfanter.

Or, de fait, quand on regarde le monde autour de nous, ce n'est pas trop le cas - ne serait-ce que par l'attitude de beaucoup de patrons aussi bien que de patronnes quand ils s'entendent annoncer
"bon, ben, voilà, je suis enceinte" - ;

que ce soit la presse "féminine", les médias, l'opinion publique, les archétypes à la mode...
...rien ne semble pousser ni encourager à "être mère" ni à se vouloir mère, le discours "faire des enfants à l'heure actuelle c'est irresponsable" est assez commun,
de même que le principe de "je veux d'abord m'épanouir dans ma vie à moi, un enfant risque de m'en empêcher" ;

on entend plus souvent parler de la pilule, de la façon de la choisir, de ne pas l'oublier, que d'éducation et de transmission,
il faut vraiment acheter volontairement "bébé magazine" ou "parents" pour se voir accablés de photos de biberons et de tests comparatifs de couches lavables,
et les "amis" que se trouvent l'héroïne me semble, à moi, courir les rues (et les plateaux télé).

Pourtant, on nous montre une héroïne qui perçoit totalement l'inverse.


. et là, ça me rappelle une discussion à laquelle j'ai assistée à l'occasion : des femmes, ayant eu un ou plusieurs enfants, et qui exprimaient ce qu'elles avaient ressenti de l'attitude des
équipes soignantes vis-à-vis de l'allaitement ;
et bien, bizarrement, celles qui avaient voulu allaiter estimaient avoir été peu soutenues voire qu'on cherchait à les en dissuader,
et celles qui avaient voulu ne pas allaiter estimaient avoir été culpabilisée et qu'on les regardait de travers.


. Vous ne voyez pas le rapport ?
La question est la suivante :

Est-ce qu'une femme, ayant une idée en tête, n'aurait pas spontanément l'impression, d'un seul coup, de n'être comprise ni soutenue par personne, d'être seule dans son cas,
l'impression que son entourage et la société seraient une immense conspiration pour la faire changer d'avis ?



Voilà, comme quoi cet ouvrage soulève d'intenses réflexions d'ordre socio-psychologiques, hm.

Ah, si, tout de même, ça soulève une autre grosse question :
dans l'histoire, la question de l'enfant se trouve finalement (pour l'instant) ramenée à la question de l'instinct maternel, et du désir d'enfant ;

l'héroïne refuse d'avoir un enfant, parce qu'elle n'en a pas envie - les femmes qui elles ont eu un enfant, développant le thème du désir d'enfant et de maternité ;
l'idée de désir/non désir, envie/pas envie est abondamment illustrée,

mais pas forcément l'ouverture sur la question que cela soulève :
accueille-t-on un enfant avant tout par envie ? (pour répondre à un désir, une envie, un besoin ?)

Jeanne, à un moment, parle de parrainer un enfant... ce qui constituerait quand-même justement un début de réflexion sur le fait d'être parent...



(l'angoisse devant l'enfant-monstre-dévoreur est assez bien montrée aussi, et, je crois, commune, à un moment ou à un autre à toute femme, y compris voire surtout enceinte...)



Enfin, quoique pour l'instant le thème et l'image de la maternité soient traités de façon assez consensuelle,
(mais la série n'est pas terminée !), vous voyez qu'on attend la suite avec curiosité... :-)

Cindy et Vivien 04/12/2011 22:39

Merci pour les jolies dédicaces cet après-midi :-)

Marc 01/12/2011 10:39

Oui, bien sûr, je vais y être! En général, les dédicaces à Angers (ma ville), c'est plutôt moi, alors là, pour une fois, je serai ravi de voir les autres auteurs travailler!

bluetit 30/11/2011 12:51

bonne dégustation, euh dédicaces!!!!

Tiphaine du Coffret 30/11/2011 12:05

Bonnes dédicaces à Angers! bises

Xavier 30/11/2011 12:01

Serait-il possible de me mettre une bouteille de côté, s'il te plait ? Merci d'avance, bon week-end, et vive les vins de Loire !

Xavier

Rechercher

mail02 

madeleineu.jpg

Madeleine, oui, comme le gâteau rendu célèbre par Proust, d'où le titre du blog, et le diminutif  Mady...Et sinon ici je parle de ce que j'aime et de ce que j'ai en mémoire, avec tendresse ou avec humour, et en dessin...voilà !

livre2

livre3

livre4

fanclub02

facebook02

twitter02

liens02

presse02